Tous les dons sont les bienvenus Faites un don

#NLFB2018: ARKELLS, BILL & JOEL PLASKETT ET PLUS

Le moment est enfin arrivé… Northern Lights Festival Boréal est prêt à dévoiler la programmation entière de l’édition 2018. NLFB 2018, qui se déroulera du 5 au 8 juillet au parc Bell de Sudbury, mettra en vedette une panoplie éclectique d’artistes, allant de légendes canadiennes aux virtuoses inconnus, de la tradition à l’innovation. NLFB a déjà annoncé un aperçu de sa programmation spectaculaire, qui comprend notamment : la tête d’affiche indie du samedi, Alvvays, l’artiste irlandaise/Crie/Dene nommée aux Junos, Iskwé, la doyenne folk Connie Kaldor, la tête d’affiche « folk trash » du vendredi, Lisa LeBlanc et bien plus encore.

Arkells : les champions du peuple

NLFB 2018 est ravi d’annoncer que Arkells lancera le bal en tant que tête d’affiche du jeudi soir. Depuis qu’ils ont lancé leur dernier album, Morning Report, les lauréats de 4 prix Junos ont fait leur première apparition dans certains des festivals les plus en vogue aux États-Unis, dont Coachella, Lollapalooza et Bonnaroo. Leur plus récent succès, « Knocking At The Door, » a maintenu la première position sur les décomptes alt-rock canadiens, du jamais vu, ce qui en fait la chanson alt/rock la plus jouée de 2017, et de Arkells le groupe le plus joué de l’année. Au printemps, Arkelles a lancé « People’s Champ », un hymne entraînant aux sonorités de cuivres et aux inspirations politiques qui reflète bien le climat social actuel. Arkells est un des groupes rock les plus passionnés sur scène, et il s’agira de leur premier passage à NLFB. Leur spectacle sera assurément une des prestations les plus endiablées de la fin de la semaine.

Une affaire de famille : Bill et Joel Plaskett

Auteur-compositeur lauréat de nombreux prix Juno, et artiste chouchou du festival, Joel Plaskett retrouve la scène du festival pour la première fois depuis 2012. Le Canada est reconnu pour la qualité de ses auteurs-compositeurs, et Joël Plaskett s’est taillé une place au sein de ce palmarès, ayant remporté le prix de Réalisateur de l’année aux Music Nova Scotia Awards en 2014, ainsi qu’un prix Juno pour Adult Alternative Album of the Year en 2010 pour l’album « Three ». Bien qu’il se soit produit en solo, ainsi qu’avec son groupe Joel Plaskett Emergency, par le passé, en 2018 il partagera la scène avec sa première influence musicale : son père, Bill Plaskett. En 1975, Bill est emménagé en Nouvelle-Écosse, là où Joel est né. Pendant la majorité des années 80s, la famille habitait Lunenburg, une ville historique qui passait d’un village de pêche à une économie de tourisme, où Bill jouait dans un groupe d’antan nommé Starb’ard Side et a aidé à fonder le bien-aimé Lunenburg Folk Festival. Ensemble, le duo père-fils a lancé Solidarity en 2017, un premier album exprimant des thèmes interreliés personnels, mais universels à la fois. Les auditeurs peuvent s’attendre à des chansons politisées aux accents folks, ainsi que des airs rockabilly, country-blues, et folk rock plus développés aux critiques sociales contemporaines. Bill et Joel seront la tête d’affiche du dimanche 8 juillet.

Le meilleur groupe instrumental canadien de tous les temps

Grant Lawrence, de CBC, les a qualifiés de « meilleur groupe instrumental canadien de tous les temps », mais vous les connaissez sans doute comme créateurs de la chanson « Having An Average Weekend », la chanson thème de la série Kids In The Hall, souvent considérée comme le deuxième hymne national du Canada. Shadowy Men On A Shadowy Planet ont d’abord existé entre 1984 et 1995, mais sont maintenant de retour pour partager leur rock de guitare classique avec leurs anciens et nouveaux publics. Les membres fondateurs de la version reconstituée de Shadowy Men on a Shadowy Planet’s, Brian Connelly et Don Pyle, partagent la scène avec un membre de la famille élargie à la basse, Dallas Good de The Sadies, et préparent une réédition exhaustive de leur musique.

D’un océan à l’autre

Le Canada est depuis longtemps considéré comme une terre fertile où pousse la meilleure musique au monde, et le Festival Boréal se fait toujours un plaisir de célébrer et mettre de l’avant cette diversité musicale. Julie & The Wrong Guys sont un ajout excitant à la programmation qui combine deux noms bien connus de la scène musicale indie canadienne. Le groupe est un mariage inusité entre l’auteure-compositrice lauréate de Juno, Julie Doiron, et des membres du groupe métal/hardcore de Toronto, Cancer Bats. Julie & The Wrong Guys ont trouvé leur voix aux harmonies distinctes et sont sorti du bois avec leur album éponyme, considéré un des albums rock les plus excitants de 2017. C.R. Avery, de Vancouver, est un poète primé, un beatboxer créatif, et un auteur-compositeur unique à la répartie vive, qui combine le spoken word, le blues, le rock n’ roll, le folk, le hip-hop, et bien plus. Avery a tourné furieusement à travers l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Australie avec ses ensembles punk et rock n’roll, ses cirques hip-hop aux sauts de 12 bar-blues, et ses célébrissimes quatuors à cordes et revues burlesques. Bien connus à Montréal, Canailles se sont établis comme des (mé)tisseurs des roots nord-américaines qui ont absorbé la noce et tout le folk qui vient avec : le old-time, le gospel et le blues, des dégaines de jadis propulsées par un mur du son acoustique et fier d’aujourd’hui. Leur troisième opus, Backflips, lancé au printemps 2017, est un florilège d’hymnes aux beaux merles qui aiment ça jouer avec le trouble et aux tout-croches qui assument de ne pas toujours faire les bons choix.

Du Guatemala au Nigeria à Sudbury, et plus loin encore

Northern Lights Festival Boréal est reconnu pour mettre le monde en vedette sur la scène de l’amphithéâtre Grace Hartman. Chaque année, les publics du festival sont captivés par la nouvelle musique provenant d’artistes internationaux émergents et légendaires. « Ce qui rend le Festival Boréal unique est la combinaison d’artistes reconnus et respectés avec de nouvelles découvertes excitantes de partout sur la planète, » affirme Max Merrifield, directeur général et artistique. « Nous sommes TELLEMENT excités de présenter des pionniers comme Orlando Julius, ainsi que des innovateurs qui réinventent la tradition comme Bonsa et Doctor Nativo. Nous avons encore quelques formations du genre à annoncer dans les mois à venir, donc restez à l’affût ! » Considéré un des nouveaux talents les plus dynamiques de l’Amérique centrale, Doctor Nativo explore les thèmes de la spiritualité maya, de la justice sociale et de la sagesse populaire, ponctués par un son explosif combinant le reggae, la cumbia, le hip-hop, et la musique traditionnelles des Mayas. Son premier album solo, Guatemaya, paraîtra en juin 2018.

Un autre ajout à la liste de talent international, Bonsa s’emmène au festival avec son énergie contagieuse et son koanni (une basse traditionnelle à deux cordes). Originaire du Burkina Faso, Bonsa explore la tradition Bissa et de nombreuses influences contemporaines à travers sa musique. Il est emménagé à Montréal en 2016, et sans perdre de temps s’est entouré de musiciens tels que Sébastien Pilon et Pavel Maximytchev. En 2017, le groupe de Bonsa a remporté le Syli d’Or pour Musique du monde.

Un vétéran et pionnier de la scène musicale nigérienne, Orlando Julius débarque au festival avec son groupe The Afrosoundz. Au fil des ans, Julius a été salué pour son mélange audacieux d’Afrobeat et de musique highlife avec les rythmes traditionnels africains et les sons pop, soul et R&B américains. L’album Super Afro Soul, lancé par Julius en 1966, a fait de lui une vedette nationale au Niger, et a même influencé le mouvement funk qui a fait fureur aux États-Unis dans les années subséquentes. Orlando Julius & The Afrosoundz continue de faire vibrer les festivals à travers le monde, la véritable preuve que les grands musiciens ne font que s’améliorer avec le temps.

Le meilleur du talent local

Northern Lights est ravi de présenter un éventail d’artistes sudburois établis, tels que l’interprète expérimental surf-rock Matt Foy, les chanteurs et joueurs de tambour Anishnawbek Black Bull Moose Singers, et pour la première fois sur la scène du Festival Boréal, le rebelle électro-punk BBBRTHR.

Chaque année, Northern Lights Festival Boréal organise la compétition Meltdown, une audition ouverte où des artistes émergents du nord de l’Ontario se font compétition pour obtenir une place rémunérée au sein de la programmation du festival. Les gagnants, dévoilés en mars, en ont mis plein la vue aux juges. Né à Mexico et récemment emménagé à Sudbury, David Cordero intègre du rock latin, du reggae, du soul et du jazz latin à sa musique. Les festivaliers peuvent s’attendre à une prestation vivante et dansante. Le groupe rock alternatif The Keyframes commence déjà à se tailler une renommée au sein de la scène musicale sudburoise, et se prépare à passer à un autre niveau au NLFB.

Faites partie de la « magie du festival »

Restez à l’affût pour en apprendre davantage au sujet des croisières musicales, des forfaits d’hébergement, des ateliers musicaux, des spectacles spéciaux hors site, et des installations artistiques de NLFB.

Les billets et plus d’info sont disponibles au www.nlfb.ca/tickets et aussi: les magasins Home Hardware à Grand Sudbury; La Fromagerie; Old Rock Coffee; AGÉ Laurentienne; Jett Landry Music; The Townehouse Tavern; et The Farm à North Bay. Les laissez-passer de fin de semaine demeurent à 90 $ jusqu’au 5 juillet. Les enfants de moins de 14 ans entrent gratuitement, et les laissez-passer de fin de semaine pour jeunes et étudiants se vendent à seulement 60 $.